we sign it - Choisir sa Démocratie

Choisir sa Démocratie

Garantir une élection conforme à la réalité du choix de l'ensemble des électrices et des électeurs, ce qui est la base même de toute Démocratie qui se respecte.

Le 7 mars 2019, en qualité d'électeur motivé et fier de l'être, nous avons procédé à l'envoi d'une lettre ouverte au Président de la République au sujet de la Démocratie Française actuelle.

D'après certains hommes politiques, et non des moindres, la France est présentée comme un pays où les principes même de la Démocratie existent.

En réalité, on ne peut parler de Démocratie réelle et effective que si l'ensemble des électrices et des électeurs inscrits sur les listes électorales de toutes les communes de France s'expriment par leurs bulletins de vote au nom de celle-ci. 

Si la Démocratie à un sens, l'analyse officielle du résultat doit être conforme à la réalité du choix des électeurs par la prise en compte des trois possibilités de vote : 

le vote POUR

le vote CONTRE 

le vote BLANC qui indique un désaccord total avec les deux précédents

Or, durant sa conférence de presse du jeudi 26 avril 2019, le Président de la République a indiqué qu'il refuse le principe même de la Démocratie réelle.

Autrement dit, il ne souhaite pas mettre en place la participation obligatoire aux élections et la reconnaissance du vote blanc qui a une signification tout à fait particulière en fonction du genre de l'élection.

En réalité, seule la mise en place de la Démocratie participative, effective et obligatoire sera en mesure de garantir une élection conforme à la réalité du choix de l'ensemble des électrices et des électeurs, ce qui est la base même de toute Démocratie qui se respecte. 

Elle valorisera le devoir électoral par le principe même de l'obligation. 

La désaffection des urnes s'amplifie, nul ne peut le contester. Il est donc grand temps d'y remédier. 

La Démocratie participative, effective et obligatoire, sera novatrice, implicative, responsable et évolutive. 

Elle donnera une légitimité incontestable à la ou les personnes élues sous cette forme de scrutin. 

Elle permettra de garantir l'unité nationale et la cohésion sociale. 

Elle concernera toutes les personnes inscrites sur les listes électorales.

Elle mettra l'ensemble des Français en face de leurs responsabilités. 

Elle donnera aux électrices et aux électeurs le pouvoir de décision et la possibilité d'agir et d'orienter le sens de l'élection. 

Elle permettra à partir de 20% des bulletins blancs d'annuler purement et simplement l'élection. 

Le résultat des urnes apparaîtra comme la volonté réelle des électeurs et nul ne pourra le contester. 

LES PRINCIPES DE LA DPO (Démocratie Participative Obligatoire)

Obligation de s’inscrire sur les listes électorales

Obligation de voter à toutes les personnes inscrites 

Reconnaissance et prise en compte du vote blanc par validation de celui-ci. 

Application de la « règle de trois » :

Qu'il s'agisse de l'élection d'une personne, d'une liste de personne ou d'une question posée au Français, ces derniers pourront voter POUR, CONTRE ou BLANC. 

Pour être élu au 1er tour, il faudra obtenir au minimum 50% plus une voix de l'ensemble des bulletins exprimés. Si ce n'est pas le cas, il y aura un 2ème tour. Si au 2ème tour, le vote blanc est supérieur à 20% soit 1 Français sur 5 qui ne se prononcera pas,l'élection sera invalidée et donc annulée.

Il sera procédé à un 3ème tour sur de nouvelles bases afin d'obtenir l'adhésion de l'ensemble de Français. 

Concernant le non respect de l'obligation N°2, les sanctions doivent être à la hauteur de l'enjeu, tout à fait dissuasive et incontournable. Il s’agira de sanction par règlement rapide avec majoration progressive si non paiement dans les délais impartis. 

Pour une abstention au 1er tour ou au 2ème tour : 50 euros. 

Pour une abstention au deux premiers tours : 100 euros

A l'élection suivante un manquement total ou partiel entraînera la suspension des droits civiques qui sont accordés par une nation qui vivent sous ses lois : 

  1. L'éligibilité

  2. Le droit d'exercer une fonction juridictionnelle ou d'être expert devant une juridiction

  3. Le droit de représenter ou d'assister une partie devant la justice 

  4. Le droit de témoigner en justice autrement que pour y faire de simple déclarations 

  5. Le non versement de l'ensemble des allocations d'aides sociales de différentes natures tel que l'allocation familiale, allocation logement...auquel il serait en droit de prétendre s'il avait pris la peine d'aller aux urnes. 

Bien entendu, il pourra retrouver tous ses droits s'il participe à la prochaine élection, l'application de ces principes simples mais efficaces ne pourront qu'inciter les Français à se rendre aux urnes.

Signer

Diffusez auprès de votre entourage